Boules de poils sauvages : du chat sauvage au chat domestique

Descendants du roi des animaux, les chats sont des chasseurs aguerris. Avec de grands yeux permettant de voir dans la pénombre et d’avoir un champ de vision étendu, une ouïe fine, un odorat développé et de longues moustaches sensibles, les félins représentent les plus grands prédateurs issus de l’évolution.

Au total, 37 espèces de félins peuplent la Terre. Le chat domestique descend d'une seule d'entre elles : le chat sauvage (Felis silvestris), dont les ancêtres appartiennent à la sous-espèce du chat sauvage d’Afrique (Felis silvestris lybica). Aujourd’hui, environ 60 races de chats domestiques différentes sont réparties à travers le monde. 

Malgré la domestication, les chats qui vivent dans nos maisons conservent un fort instinct de prédateur ; ils seraient seulement « semi-domestiqués » ! Une étude (en anglais), menée par des chercheurs de l’Université Washington de Saint-Louis, retrace la domestication des chats. En comparant le génome de chats domestiques à celui de chats sauvages, les scientifiques mettent en lumière la proximité entre les deux espèces. Contrairement à d’autres espèces animales domestiquées, le chat présente un génome qui s’est récemment et peu modifié depuis sa domestication. En effet, seuls 13 gènes se sont transformés depuis que les chats cohabitent avec les hommes. Les changements portent sur des gènes responsables de comportements tels la peur, la recherche de récompense et la mémoire. 

Du point de vue génétique, le chat sauvage et le chat domestique sont très proches. Tout propriétaire de chat a pu observer le caractère indépendant de son animal. C’est probablement la combinaison de cette personnalité et de son doux pelage qui fascine et le place en tête de liste des animaux les plus populaires.