Les animaux éprouvent-ils des sentiments ?

Les animaux peuvent-ils se mettre dans la peau d’un de leurs congénères, voire d’un humain ? Sont-ils capables de compassion ? Ressentent-ils de l’envie ou de la jalousie ? De nombreux résultats d’expériences menées par des spécialistes du comportement animal laissent à penser que les bêtes ont des sentiments nettement plus complexes qu’on ne le pensait jusqu’ici.

Coopération versus concurrence

Outre la concurrence, la coopération constitue l’une des principales stratégies sociales adoptées par les animaux. Selon le biologiste américain et directeur du Living Links Center à l’université Emory Frans de Waal, « on coopère quand le bénéfice attendu est supérieur à ce que l’on peut obtenir en étant seul ». La cohabitation à visée protectrice au sein d’un troupeau exige une forme simple de coopération. Les divers animaux doivent évaluer les capacités et besoins de leurs congénères, et synchroniser leur comportement avec eux. Chez certaines espèces, la coopération dépasse largement le cadre de la cohabitation. Ainsi, chez les singes callitrichinae, les individus s’entraident et partagent leur nourriture. Dans le cadre d’une expérience menée à l’institut d’anthropologique de Zurich, des primates doivent tirer ensemble sur une plate-forme pour pouvoir attraper des vers. Tous font preuve d’esprit d’équipe et s’entraident, même lorsque l’un ou l’autre se retrouve bredouille. Chez les humains, on qualifierait un tel comportement de désintéressé.

Wie Tiere fühlen
Entraide et solidarité chez les ouistitis Entraide et solidarité chez les ouistitis Entraide et solidarité chez les ouistitis
Wie Tiere fühlen

Altruisme

Une expérience menée à l’université de Chicago par la neurobiologiste Peggy Mason a démontré que les rats étaient eux aussi prêts à s’entraider, même lorsqu’ils n’en tiraient aucun bénéfice direct ! Dans le cadre de cette étude, deux rats ont été placés dans une même pièce : l’un peut évoluer librement tandis que l’autre est enfermé dans une cage transparente placée au centre de la pièce. La porte de la cage ne peut être ouverte que de l’extérieur. Bien que les rats soient craintifs par nature, le rongeur en liberté essaye de délivrer celui enfermé dans la cage. Dans une deuxième expérience, un récipient contenant des copeaux de chocolat a été placé dans la pièce. Le rat en liberté a tout d’abord délivré son congénère avant de partager le chocolat avec lui.
Les chauves-souris sont elles aussi capables d’altruisme et ont un certain sens de la justice. Ainsi, le biologiste Gerald Carter du Smithsonian Tropical Research Institute à Panama a observé que chez les chauves-souris vampires, les femelles partageaient parfois le sang qu’elles avaient ingurgité avec des congénères qui avaient fait chou blanc la nuit précédente. Et elles étaient plus généreuses avec des animaux qui étaient eux-mêmes solidaires.

Envie et jalousie

Une étude californienne a confirmé ce que nombre de propriétaires de chiens subodoraient depuis longtemps : nos amis à quatre pattes peuvent eux aussi être jaloux, par exemple lorsque leur maître s’intéresse à d’autres canins. En outre, certaines bêtes manifestent un sens de la justice proche de celui des humains. Dans une expérience menée avec des singes capucins, un primate est systématiquement récompensé par des morceaux de concombre, tandis qu’un singe d’une autre cage reçoit alternativement du concombre et des raisins. Après quelque temps, le premier se sent lésé, se met en colère et refuse de coopérer.

Wie Tiere fühlen
Les animaux s'aperçoivent-ils des injustices ? Les singes capucins manifestent un sens de la justice proche de celui des humains.    Les animaux s'aperçoivent-ils des injustices ?
Wie Tiere fühlen

Les animaux sont-ils sensibles aux mimiques humaines ?

Une expérience sur des chiens menée à l’université l'université Loránd Eötvös de Budapest a révélé que le meilleur ami de l’homme arrivait à décrypter nos expressions faciales et à les interpréter correctement. Dans cet essai, des propriétaires de chiens présentent à leur animal deux bouteilles en plastique identiques, l’une en faisant une grimace de dégoût, la deuxième avec un sourire enthousiaste. Lorsqu’on demande aux chiens d’apporter l’une des bouteilles, ils choisissent systématiquement celle qui leur a été présentée avec une expression positive. Même constat à l’issue d’une expérience réalisée par la vétérinaire Marianne Wondrak avec des porcs, qui doivent choisir un visage parmi diverses photos affichées sur un ordinateur pour obtenir leur pitance : les cochons optent toujours pour celui à l’expression la plus engageante.

Les bêtes pleurent aussi leurs morts

D’autres recherches en biologie du comportement révèlent que les animaux peuvent être autant affectés par la mort d’un être cher que les humains. Ainsi, on a observé diverses formes de deuil et de rites funéraires chez les babouins, les chimpanzés et les éléphants. Cela dit, les scientifiques sont partagés quant à savoir si, chez les animaux, le deuil est un sentiment purement égocentrique ou bien la conscience d’avoir perdu à jamais un être cher.