Des robots poissons, sentinelles de la lagune de Venise

Pour surveiller l’état de l’eau de la lagune de Venise, un consortium de chercheurs européens met actuellement au point… un écosystème sous-marin robotisé ! Ils se sont inspirés de l’activité des moules, des poissons et des nénuphars et ont créé trois robots différents pour couvrir toutes les tâches de sentinelles de l’eau : mesurer le niveau de pollution, la salinité et l’intensité des courants aux différents endroits de la lagune. Les aMUSSELS (moules robotiques), d’un mètre d’envergure seront fixées au sol, tandis que les aFISHs (poissons) pourront parcourir la lagune à la nage, et éventuellement repositionner les moules. Les aPADs (nénuphars), de deux mètres de diamètre, serviront de station-mère aux poissons pour recharger leurs batteries, et transmettre les informations aux humains. Tous cet essaim communiquera par différents canaux : wifi, champ électrique, Bluetooth et hydroacoustique. Les chercheurs n’ont-ils pas peur que leurs bijoux de technologie se fassent attaquer par la faune sous-marine ? « Non, assure Thomas Schmickl, de l’université de Graz (Autriche).  Ils sont trop gros et n’ont pas bon goût. Cela dit, avoir des données depuis l’intérieur d’un poisson ne serait pas mal non plus. Dans ce cas, on renommerait ce robot Jonas. » Les chercheurs ont de l’humour, mais leur projet n’est pas un poisson d’avril. Il sera bien lancé à l’automne 2016.