Fort McMoney : plongez au coeur de l'industrie pétrolière

Dans leur recherche de sables bitumeux, les conglomérats pétroliers dévastent les forêts vierges du Canada. Quelle est la frontière entre prospérité et destruction ? Mettez votre ambition économique et votre conscience écologique à l’épreuve : dans le jeu documentaire « Au cœur de l’industrie pétrolière » c’est à vous de situer ces frontières. Une production signée TOXA et l'Office national du film en partenariat avec ARTE.

Cliquez sur l'image

Téléchargez gratuitement l'application Fort McMoney sur votre iPad

 

Champs de pétrole incandescents, cheminées fumantes : à Fort McMurray, au Canada, le business de l’or noir est tout sauf clean. Dans le jeu documentaire « Fort McMoney », c’est vous qui décidez de l’avenir de cet eldorado énergétique.

de Kristin Bartholmess 

L’ambiance rappelle la ruée vers l’or. Comme au XIXe siècle, voilà que le Grand Nord canadien attire à nouveau des hommes venus du monde entier. La terre promise se nomme Fort McMurray, une ville qui abrite le plus grand projet énergétique de la planète. Depuis que le cours du pétrole a explosé, l’exploitation des sables bitumeux est redevenue rentable. Chaque jour, ce sont près de deux millions de barils de pétrole qui sont extraits, ce qui se traduit également par le rejet d’eaux usées hautement toxiques. « C’est une entreprise comparable à la construction des pyramides d’Egypte ou de la Grande muraille de Chine. Mais en plus grand » affirmait en 2006 le premier ministre canadien Stephen Harper. En dix ans, cette petite bourgade assoupie de l’Alberta est devenue la nouvelle ville champignon du Canada. Elle compte à présent plus de 100 000 habitants. Une seule route, la Highway 63, permet d’accéder toute l’année à cette contrée reculée où un océan de sables bitumeux est une promesse d’emploi et de prospérité pour les nouveaux arrivants. A fort McMurray, les salaires dépassent allègrement les 100 000 dollars canadiens (71 500 euros) par an, ce qui est nettement supérieur à la moyenne nationale. Mais l’essor économique salué par les uns est perçu comme l’une des plus grandes catastrophes écologiques par les autres. 

Un jeu documentaire au cœur de l’industrie

Ça vous dirait de devenir le maître de Fort McMurray et de décider comme bon vous semble de l’avenir de la ville ? C’est justement ce que vous propose « Fort McMoney » le tout nouveau jeu documentaire d’ARTE conçu par le journaliste et réalisateur français David Dufresne. A partir du 25 novembre et pour une durée de quatre semaines, l’internaute pourra aller à la découverte de la ville, sillonner une région grande comme la Floride et faire connaissance de ses habitants – ouvriers du secteur pétrolier, hommes politiques ou militants écologistes. Une aventure au cœur de l’industrie de l’or noir. L’objectif ? Faire triompher votre vision du monde ! L’internaute est aux commandes, il pourra tester sa conscience écologique à l’aune de la course au profit. Après une balade à travers Fort McMurray, le visiteur numérique se transforme en joueur. A chaque clic, il s’immerge un peu plus dans l’action. C’est lui qui choisit comment découvrir la ville et aussi ceux qui l’accompagneront à bord de son pick-up. L’internaute a l’occasion de faire la connaissance de la jeune vendeuse et serveuse Marquisa Shore, arrivée il y a tout juste deux mois, appâtée par l’idée de gagner 10 000 dollars par mois. Mais aussi de Raymond Lawrence Ladouceur, un des derniers pêcheurs de la région. Chaque semaine, des nouveaux contenus vidéo sont ajoutés, permettant peu à peu au joueur d’arpenter Fort McMurray jusque dans ses moindres recoins. Il explore les lieux, rassemble des indices, réalise des interviews et en apprend à chaque fois un peu plus sur l’histoire de l’industrie pétrolière, la question du logement, les dangers écologiques de l’extraction dans la région : car avec les sables bitumeux, les émissions de CO2 sont 20 % supérieures qu’avec la méthode conventionnelle d’extraction du pétrole.

Ni tout noir, ni tout blanc

Sans ces connaissances spécialisées, le joueur ne pourra pas convaincre lors du référendum hebdomadaire. Il en va des choix suivants : faut-il mettre en place des institutions sociales ? Faut-il investir dans la promotion de la ville pour redorer son blason ? L’extension des territoires où est pratiquée l’extraction passe-t-elle avant tout ? A lui de convaincre les autres joueurs : soit renforcer l’économie, soit préserver le patrimoine environnemental. Sa capacité de persuasion croît au fur et à mesure qu’il récolte des « points d’influence ». Chaque action du jeu documentaire lui permet d’en gagner. Tout le monde pourra se rendre compte que rien n’est tout noir ni tout blanc. En un rien de temps, les impératifs économiques peuvent avoir une incidence sur les décisions écologiques. Pour David Dufresne, la base même du jeu est la démocratie participative. Chacun prend sa destinée en main, et par là même, la destinée de notre planète.

Raconter une histoire, mais autrement

A travers ce jeu documentaire innovant, ARTE joue la carte du serious game et tente une expérience unique : mêler pour la première fois le reportage au jeu vidéo. Car de l’avis même de David Dufresne, « Fort McMoney » pulvérise toutes les frontières du documentaire interactif en proposant une nouvelle manière de raconter une histoire. La diffusion sur la Toile permet de quitter la dimension linéaire et de confier les commandes à l’internaute. Si bien que le spectateur lambda devient un acteur qui concocte son propre scénario. Une prouesse de taille qui va bien au-delà de la conception habituelle d’un film documentaire et qui a demandé deux ans de recherches à David Dufresne et son équipe. Ensemble, ils ont parcouru des milliers de kilomètres, réalisé 55 interviews et développé 515 options différentes, si bien que le joueur peut emprunter plusieurs centaines de parcours à travers le jeu. Un travail de titan pour le réalisateur, avec quelques nuits blanches à la clé. Mais au final, l’internaute est gratifié d’une aventure plus vraie que nature. Il est possible de jouer sur Internet, à partir d’une tablette ou d’un Smartphone. Trois langues sont proposées, le français, l’allemand et l’anglais. A la fin, la métamorphose de la ville au cours du jeu est matérialisée par une carte. En 2014, ARTE proposera un documentaire donnant à voir le résultat du projet. De là à imaginer que la vraie ville de Fort McMurray pourrait en profiter, c’est une autre histoire. David Dufresne admet que si quelque chose venait à changer dans la réalité, ce serait bien au delà de ses attentes. Il rappelle que son projet existe avant tout pour que le monde puisse prendre conscience de ce qui se passe en ce moment dans ce Grand Nord si éloigné de nous.