Vers un monde sans gluten ?

Plaques d’urticaires, lésions intestinales, risques de cancer… Pour 1 % des Européens souffrant d’une maladie coeliaque, le gluten représente un vrai risque pour la santé. Une part minime de la population pour laquelle de nombreux innovateurs se mobilisent pourtant, et dont les innovations rencontrent un très fort succès.

Derrière la méfiance suscitée par le gluten se cachent plusieurs pathologies. La première, et aussi la plus grave, est la maladie digestive appelée “coeliaque”. Diagnostiquée à l’issue d’une prise de sang et d’une biopsie des intestins, elle peut provoquer “des lésions intestinales pouvant, à terme, devenir cancéreuses” explique l’allergologue Sophie Grieu. Les patients qui en souffrent se voient donc imposer un régime alimentaire sans gluten à vie. À ce jour, cette maladie touche environ 1 % de la population européenne.

Seconde pathologie tout aussi dangereuse : l’allergie au blé. Le patient risque ici des plaques d’urticaires et des chocsanaphylactiques , ce qui lui impose là encore de supprimer le gluten de l’alimentation. En Europe, entre 0,1 % et 1 % des enfants seraient concernés, selon les pays. Très rare, cette pathologie disparaît avant les 16 ans dans 96 % des cas. 

Enfin, le troisième cas est l’intolérance au gluten qui provoque fatigue, ballonnement ou encore maux de têtes menant à l’insomnie.

Pour aider les personnes qui ne supportent pas le gluten, le détecteur de gluten Nima a vu le jour. Comment fonctionne-t-il et quels sont ses avantages ? 

Retrouvez l'article complet sur Futuremag 

Futuremag, le rendez-vous de l'innovation. Tous les samedis à 13h30.