L'excès d'hygiène nous rend-il malades ?

Au XVIIIe siècle, on ne faisait pas grand cas de l’hygiène. Une couche de fard, un pschitt de parfum, et l'affaire était réglée ! Au fil des décennies, notre rapport à la propreté a bien évolué. L’homme moderne est un champion du nettoyage et du lavage. Mais cela est-il vraiment nécessaire lorsque l'on sait, par exemple, que les germes sont omniprésents ?