Product (7/10) - La rose

La face cachée de la mondialisation à travers le parcours des produits de consommation courante. Cette fois-ci, suivez le business énergivore mené au nom de la rose.

PRODUCT (2)
Product Filière des roses : des variations surprenantes de température, de la cueillette à la vente au détail. Product

Pendant la dernière Saint-Valentin, ce ne sont pas loin de 14 millions de roses qui se sont écoulées pour la fête des amoureux. Mais entre la chauffe des serres, et le transport réfrigéré, le business de la rose est un monstre énergivore.

Pour produire une rose en Europe, il faut plusieurs éléments dont des bulbes et des serres. Ces dernières sont chauffées en permanence à 13° en moyenne pour optimiser la culture des roses.  
Et pour chaque tige produite, il faut compter un peu plus de 5 Kilowattheures, soit plus que la consommation d’un écran de télévision mis en veille (4 Kilowattheures). 

En 2013, plus de 3 milliards de roses ont transité par les Pays-Bas. Ramené à la consommation en Kilowattheure, cela représente 3,6 % de la production d'électricité nucléaire en France de l'année 2014, soit quelques 15 milliards de KWH.

Mais au-delà de la consommation d'énergie, un autre problème se profile à l'horizon. Des pays comme l'Ethiopie, l'Uganda et le Kenya produisent eux aussi des roses non sans conséquences sur l’environnement. La rose kenyane, la 4ème la plus exportée dans le monde, provoque déjà des effets néfastes : dans la région du lac Naivasha, les eaux usées de certaines plantations retournent directement dans lac en le polluant.