Le monde de demain se construit aujourd’hui : découvrez- le et débattez-en sur ARTE Future !
Depuis plusieurs décennies, l’actualité est dominée par des sujets inquiétants, sinistres, voire culpabilisants. Et si on parlait enfin des solutions ?
Environnement, sciences, économie, société : vous verrez dans les mois à venir s’assembler les pierres à l’édifice. ARTE Future, un site en évolution, interactif, multimédia et international. A vous de jouer !

Naturopolis : Ils voient la ville en vert

Dernière mise à jour: 07 Juillet 2014

Plus de la moitié de l'humanité vit désormais en ville et en parallèle, la flore et la faune investissent de plus en plus les milieux urbains. Avec une conséquence surprenante : les relations entre les hommes et les animaux n'ont jamais été aussi riches ! Vous trouvez que votre ville n'est toujours pas assez verte ? Notre site participatif Green Guerilla vous donne des outils pour agir !

Devenez un "green guerillero"

green_guerilla.jpg

Le site d’initiation à la green guerilla - Objectif : réveiller les consciences et inciter l’internaute à passer à l’action.

Montrer ce qui se fait
S’appuyant sur le découpage géographique de la ville, une carte interactive présente des figures de la green guérilla, leurs actions au quotidien et leurs motivations.

Donner des outils pour agir
Vous voulez réaliser des tags en mousse, créer un jardin communautaire ou fabriquer des seed bombs (des bombes de graines) ? Des tutoriels vidéo vous donnent tous les trucs à savoir !

Rendre les actions visibles
Une fois votre fait d’arme accompli, prenez-le en photo ou filmez-le, et inscrivez votre action sur la carte interactive. Vous officialiserez ainsi votre statut de green guerillero, et deviendrez partie prenante de ce mouvement global !

Le concours photo Green Guerilla - Instagram se déroule du 22 avril au 2 juin 2014 à minuit. N'attendez pas pour passer à l'action et rendez-vous sur green-guerilla.arte.tv !

  • Naturopolis
  • Green Guerillero

Naturopolis : la série documentaire

Comment les mégalopoles tentent de se réconcilier avec la nature ? C’est la question que pose Naturopolis, série documentaire en quatre volets, à travers une vaste réflexion sur les défis environnementaux qui nous attendent. Pour la première fois, l’exploration de la biodiversité est placée au cœur de la ville et des activités humaines. Bien plus qu’un mouvement spontané, c’est un véritable mouvement écologique mondial qui unit les citoyens, les politiques, les scientifiques, les artistes, les architectes…

  • Naturopolis

Rio : du chaos à la ville durable

  • Naturopolis - Rio De Janeiro

    Naturopolis : Rio

    (51 min)

Grouillant de l’activité de 12 millions de personnes, exposée à l’élévation du niveau des mers et à une urbanisation anarchique qui grignote la montagne, la mégapole brésilienne vit aujourd’hui sous la menace permanente d'inondations et d'effondrements meurtriers.

Un documentaire de Bernard Guerrini et Mathias Schmitt (France, 2013, 52 min.)

  • Naturopolis
  • Rio de Janeiro

New York, la révolution verte

  • Naturopolis - New York

    Naturopolis - New York

    Vendredi 9 mai à 23h25 (52 min)

Jamais autant d’êtres humains n’ont vécu en milieu urbain et jamais la flore et la faune n’ont autant investi la ville. Comment une mégapole comme New York prépare-t-elle cette mutation qui réintroduit le vivant dans la cité et de quelle manière anticipe-t-elle les enjeux environnementaux du XXIe siècle ? Comment la nature a-t-elle façonné la mégapole américaine ? Comment la ville l'a-t-elle oubliée ou détruite ? Comment la nature a-t-elle réussi à la rattraper ? Quels sont les hommes qui, au cœur de la cité, ne vivent que pour la nature ? Pourquoi New York ne peut-elle survivre que si elle invente un nouveau pacte avec l’environnement, en acceptant de faire sa révolution « durable » ?

Un documentaire de Bernard Guerrini et Mathias Schmitt (France, 2012, 52 min.)

  • Naturopolis
  • New York

Et si Paris se mettait au vert....

  • Naturopolis - Paris

    Naturopolis

    (52 min)

Avec ses deux millions d'êtres urbains et seulement cinq mètres carrés d’espaces verts par habitant, Paris est l'une des villes les plus denses et les moins vertes au monde. Mais comme le souligne le paysagiste Gilles Clément, « ce n’est pas parce qu’on est dans un environnement minéral que la nature ne peut pas venir ». Alors que la capitale a longtemps repoussé la nature hors de ses murs, elle se rend compte aujourd’hui de son caractère indispensable. Mieux-être urbain, mais aussi restauration d'un lien social malmené : les effets sont multiples à hauteur de pavé, notamment pour résoudre le problème des îlots de chaleur. Il faut donc se battre pour ouvrir ici et là de nouveaux chemins à la biodiversité. C’est ce mouvement vert fait de petits pas, insufflé par des habitants, mais aussi des bâtisseurs, des penseurs, des scientifiques, que nous suivons dans un Paris en pleine mutation.

Et si Paris se mettait au vert, un documentaire d'Isabelle Cottenceau (France, 2013, 52 min.)

  • Paris
  • Naturopolis

Tokyo, de la mégapole à la ville-jardin

  • Naturopolis - Tokyo

    Naturopolis

    (49 min)

Tokyo, la plus grande mégapole du monde, est en pleine mutation. Fukushima a sonné la fin d'un mythe : celui de l'énergie facile et de la croissance sans fin. Aujourd'hui, la ville réfléchit à une autre modèle de développement. Désormais, les Tokyoïtes sortent du rang et réclament d'autres modèles pour leur cité bétonnée. L'aspiration à la nature est devenue centrale ; elle va provoquer la métamorphose de la ville. Les naturalistes, les architectes , les citoyens, tous travaillent déjà à la création d'une mégapole verte. Il se souviennent qu'il y a un siècle Tokyo s'appelait Edo. C'était alors la plus grande cité-jardin du monde, un modèle d'écologie avant la lettre, d'équilibre avec la nature. La nostalgie de ce monde stimule les esprits, accélère les changements pour devenir un jour une "smart city" : une ville symbiotique qui réconcilie nature et énergie durable.

Une documentaire de Bernard Guerrini et Mathias Schmitt (France, 2013)

  • Tokyo
  • Naturopolis

Fermes urbaines et verticales

Neuf milliards d’habitants sur Terre en 2050… Comment les nourrir tous ?

Des scientifiques étudient actuellement le concept de « vertical farming », un modèle d’agriculture verticale présenté dans le cadre d’ARTE Future : « Le futur, ça commence maintenant ».

Le grenier alimentaire de New York de demain se dresse dans le ciel, tel un géant vert. Derrière la façade de verre, on distingue les contours des arbres fruitiers. La nuit, le bâtiment projette une ombre verte sur la ville. Le gratte-ciel agricole a un nom : « Dragonfly » (libellule). Inspiré de l’anatomie de l’insecte, l’édifice s’élève à 700 m au-dessus de Roosevelt Island, là où l’East River sépare Manhattan du Queens. Dans son ombre, les immeubles voisins ressemblent à des pavillons de banlieue. Dragonfly a vocation à être autre chose qu’une nième tour de bureaux pharaonique dans le quartier d’affaires new-yorkais : un jour, la libellule nourrira la ville.

Lire la suiteFermer

C’est du moins le rêve de l’architecte belge qui l’a dessinée, Vincent Callebaut. Pour l’instant, la libellule est une utopie qui ne vit que sur les plans et dans les animations en 3D de l’architecte. Si jamais elle devait voir le jour, ses 132 étages seraient dédiés à la culture – tomates, champignons ou oranges – et à l’élevage – vaches, poules, poissons. De quoi nourrir quelque 150 000 New-yorkais.

Des gratte-ciel agricoles au coin de la rue. On parle de « ferme verticale » ou d’agriculture verticale, un concept qui a inspiré à Callebaut et à quelques chercheurs les spectaculaires concepts de farmscrapers. Champs et pâturages ne doivent plus s’étendre à perte de vue, mais en hauteur, dans un empilement d’étages au cœur de la ville. Les défenseurs du concept misent sur une révolution de l’agriculture et y voient une solution au problème : comment nourrir l’humanité ? La population mondiale compte aujourd’hui plus de 7 milliards d’habitants. Les Nations unies estiment qu’en 2050, nous serons plus de 9 milliards, dont 70 % de citadins.

Dickson Despommier, professeur émérite en santé environnementale et microbiologie à l’université Columbia de New York, s’est penché sur la question dès 1999. D’après ses calculs, il faudra que les terres arables et les pâturages fassent l’équivalent de la superficie du Brésil pour que l’on puisse gérer la croissance de la population mondiale. Une superficie qui, selon lui, n’est pas disponible. Depuis, il cherche des solutions pour produire plus sur une surface réduite. Despommier est convaincu que le concept du farmscrapper au coin de la rue ferait plus que résoudre le problème de la faim : il permettrait aussi de pratiquer une agriculture plus écologique. Finis les transports gourmands en carburant ; à l’intérieur du bâtiment, les plantes seraient mieux protégées des nuisibles, de sorte que les produits phytosanitaires seraient utilisés avec parcimonie ; les déjections animales remplaceraient les engrais, tandis que les déchets des cultures nourriraient les animaux. Rien ne serait perdu dans ce mode d’exploitation avec recyclage en boucle ; des procédés d’irrigation moderne, comme le goutte-à-goutte, permettraient d’économiser jusqu’à 70 % des besoins en eau. Les exploitants urbains de l’avenir pourraient travailler 365 jours par an à l’abri du mauvais temps. Adieu les mauvaises récoltes – hauts rendements garantis grâce au contrôle global des nutriments, de l’éclairage et de la consommation d’eau.

Des farmscrappers énergivores. La vision de Despommiers ne fait pas l’unanimité, loin s’en faut. Outre les conditions d’élevage, c’est surtout l’empreinte écologique des immeubles de serres qui fait jaser. « Quelle quantité d’acier faut-il pour construire un tel bâtiment, combien d’énergie engloutie et quelle consommation d’électricité pour son exploitation ? », demande Petra Hagen Hodgson, directrice du Département espaces verts urbains de la Haute Ecole de Sciences Appliquées de Zurich. Des études montrent en effet que la consommation d’énergie des champs empilés serait gigantesque en l’état actuel de la technique. L’éclairage artificiel en particulier est un gouffre. Si les fermes verticales étaient exploitées uniquement avec de l’énergie verte, le secteur US des énergies renouvelables devrait être multiplié par 400 rien que pour couvrir les besoins annuels en blé des States. Si on renonçait aux énergies renouvelables, alors le nombre des centrales nucléaires américaines devrait passer de 104 à 4000. D’après Petra Hagen Hodgson, l’agriculture verticale ne peut pas à elle seule résoudre nos problèmes alimentaires, mais « discuter de la manière dont nous voulons nourrir l’humanité à l’avenir est une bonne chose ». Et là, l’agriculture urbaine a un rôle majeur à jouer. Aujourd’hui déjà, les toits et balcons végétalisés permettent de produire fruits et légumes frais dans de nombreuses métropoles. « Dans une ville surpeuplée comme Londres, nous misons à long terme sur 25 à 30 % de production propre », indique Katrin Bohn, architecte à l’université technique de Berlin.

Réalité ou utopie ? Un peu partout dans le monde, des scientifiques cherchent des solutions pour ramener l’agriculture verticale sur la terre ferme. A Suwon, en Corée du Sud, des salades poussent sur les trois étages d’une installation pilote et rejoindront bientôt les étals des supermarchés. À l’université Hohenheim de Stuttgart, des chercheurs du projet Skyfarming ont présenté la maquette d’un immeuble rizicole et travaillent actuellement sur un prototype. Le riz de demain devrait pousser sur 20 à 50 étages.

Hors des laboratoires, les projets à visée commerciale avortent lamentablement. Aux Pays-Bas, près de Rotterdam, l’usine agricole verticale Delta Park n’existe que sur plan. Elle était censée nourrir les Hollandais en produisant des légumes, des fruits, de la viande et des poissons sur plusieurs niveaux. Mais le projet a dû être abandonné après une attaque en règle des médias qui jugeaient les méthodes de production trop artificielles. La prochaine tentative d’agriculture verticale verra le jour à Linköping, une ville suédoise de 100 000 habitants. Le premier coup de pelleteuse du chantier a eu lieu en 2012 pour la construction d’une sphère en verre de 55 m de hauteur. A partir de 2014, des légumes principalement asiatiques y seront cultivés sur une surface couverte de 4000 m². Même si de nombreuses questions restent en suspens, la révolution verticale pourrait bien germer dans la province scandinave.

David Schelp pour Arte Magazin

Pour en savoir plus :

The Vertical Farm: Feeding the World in the 21st Century (anglais)
Dickson Despommier, Picador USA, Reprint 2011, ISBN-13: 978-0312610692

  • fermes urbaines
  • architecture
  • Naturopolis